La santé au travail

La santé au travail, tant physique que désormais psychique, c’est d’abord s’assurer que la qualité du travail est garantie. C’est la responsabilité de l’employeur.

La mise en place d’une véritable politique « Santé-sécurité».

Pour mettre en œuvre une démarche de prévention des risques professionnels, il est indispensable de connaître quelques fondamentaux. Il s’agit avant tout de principes généraux de prévention, de valeurs essentielles (reposant notamment sur le respect des personnes et le dialogue social) et de bonnes pratiques. Il s’agit aussi de s’appuyer sur des méthodes ou des outils permettant de mettre en œuvre la prévention, notamment lors de l’évaluation des risques.

Naturellement, tout employeur est tenu d’organiser la santé- sécurité́ dans son entreprise. La formalisation de l’organisation de la prévention, incluant l’identification des fonctions concernées, est constitutive de tout système de management.

Dans la mise en œuvre d’une démarche de prévention des risques professionnels, il est nécessaire de s’appuyer sur des méthodes ou des savoir-faire, notamment pour :

  • l’évaluation des risques : obligation légale imposée à l’employeur, c’est une étape cruciale de la démarche de prévention qui permet de définir les actions de prévention les plus appropriées, couvrant les dimensions techniques, humaines et organisationnelles de l’activité de l’entreprise (dont les résultats sont formalisés dans le document unique).
  • la mise en place d’une démarche de prévention des risques professionnels visant à améliorer, de façon continue, la performance de l’entreprise en matière de santé et sécurité au travail.

De façon schématique, le fonctionnement habituel d’une entreprise génère des risques susceptibles d’avoir un impact sur la santé des salariés (risques professionnels), sur les équipements de production ou sur l’environnement extérieur à l’entreprise (risques environnementaux). L’ensemble de ces risques est regroupé sous le terme de risques industriels.

Confrontée à des obligations réglementaires de prévention des risques professionnels et de protection de l’environnement, l’entreprise doit élaborer des solutions pragmatiques et adaptées, en privilégiant la maîtrise du risque à la source. Une gestion cohérente de ces différentes composantes du risque et la mise en place d’actions de prévention efficaces pourra s’appuyer utilement sur les similitudes existant à la fois dans le vocabulaire, les concepts ou les méthodes à mettre en œuvre.

Pour toutes informations, sur notre méthodologie :  contactez le secrétariat

 

Email : contact@groupe-instant.eu

Téléphone : + 33 4 81 09 76 37

Document unique d’évaluation des risques, comment intégrer la prévention de la santé mentale.

Document unique les risque liés à la santé mentaleIntégrer la prévention de la santé mentale dans le document unique

Pour formaliser l’évaluation de l’ensemble des risques professionnels, y compris les risques liés à la santé mentale, l’entreprise a l’obligation de rédiger un DU (Le document unique transcrit les résultats de l’évaluation des risques professionnels par unité de travail. Plus qu’un simple inventaire, ce document obligatoire est un outil essentiel pour lancer une démarche de prévention dans l’entreprise et la pérenniser. Ce document doit être mis à jour au minimum chaque année). L’entreprise doit également préciser un plan d’actions et les moyens à mettre en œuvre.

NOS OBJECTIFS

Notre mission consiste à vous aider à remplir vos obligations réglementaires. Outre l’analyse des risques et le plan d’actions associé, nous élaborons, avec vous, le Document Unique.

Comme l’impose la réglementation, les risques liés  à la santé mentale doivent être pris en compte au même titre que les autres risques professionnels. Il est nécessaire de les évaluer, de planifier des mesures de prévention adaptées et de donner la priorité aux mesures collectives susceptibles d’éviter les risques le plus en amont possible.

Le Groupe Instant veille à ce que les salariés vivent mieux au travail. Comprendre les sources de risques et instaurer des indicateurs de suivi, vous assureront de mettre en place des plans d’actions efficaces. Mettre en évidence les sources de motivation permettra de redynamiser les performances, mais aussi le bien-être des collaborateurs.

Réaliser un document unique d’évaluation des risques, c’est :

  • Remplir les obligations réglementaires de votre entreprise
  • Faire un état des lieux des risques auxquels votre personnel est exposé et mieux le protéger
  • Redynamiser vos équipes et le bien-être dans l’entreprise.
Fiche formation : Atelier : Analyse des situations de travail, les collectifs de travail.
Fiche formation : Atelier : Analyse des situations de travail, les collectifs de travail.
Fiche formation : Atelier : Analyse des situations de travail, les collectifs de travail.

Fiche formation : Atelier : Analyse des situations de travail et mettre en place les collectifs de travail.

Objectif de la formation : Nous vous proposons de recentrer les participants sur le travail, de passer par l’expérience pour construire un collectif. Il s’agit de débattre du travail, de mettre en mots, avec d’autres, comment on fait et comment on pourrait faire.

À qui s’adresse cette formation ?

Pour qui :

DRH, RRH, commission SCCT, élus au CSE, Syndicat, responsable QSE et développement durable, direction d’entreprise, pilote des collectifs de travail. Manager, cadre, chef de projet, assistante, technicien ou tout collaborateur qui a besoin de mieux comprendre et améliorer les relations humaines dans son travail.

Prérequis

Volonté de s’impliquer personnellement dans cette formation pour en tirer les meilleurs bénéfices.

Programme de la formation

Jour 1 : Comprendre le travail : Délimiter la fonction de travail à analyser et dégager un aperçu général de la profession ou du métier.

  • Établissement d’un consensus sur les limites de l’analyse ainsi que sur la nature exacte de la profession ou du métier et du domaine professionnel analysé.
  • Établissement des limites du champ d’application de la profession ou du métier analysé et collecte de données générales sur la profession ou le métier.

Jour 2 : Analyse des tâches et des opérations : Recueillir l’information nécessaire à la production d’un ou de plusieurs tableaux des principales tâches de la profession ou du métier et des opérations correspondantes.

  • Description des tâches qui occupent la plus grande partie du temps de travail; par « tâches », on entend les actions qui correspondent aux principales activités de l’exercice de la profession ou du métier analysé.
  • Description des opérations correspondant à chaque tâche.
  • Accord sur un premier tableau des tâches et des opérations : consensus sur les énoncés, leur signification et leur ordonnancement.
  • Description complète des produits, résultats ou services et établissement de liens avec les tâches du tableau.

Information complémentaire au sujet des tâches :

  • Description des sous-opérations correspondant à chaque opération.
  • Description, pour chaque tâche de la profession ou du métier, des conditions de réalisation et des aspects essentiels d’une exécution satisfaisante.

Jour 3 : Comprendre la dimension collective dans les relations travail : Il s’agit d’analyser le rapport des salariés au collectif du travail, les équilibrages, recherché à la fois d’un point de vue horizontal et vertical. C’est comprendre les relations qu’entretiennent les salariés avec les autres acteurs de l’entreprise.

  • Définition des termes employés (équipe de travail, réseau d’acteurs, travail collectif, activité collective et collectif de travail).
  • Mettre en place le collectif de travail : Lieu possible de prise en compte de la diversité et de la variabilité des membres.
    • La prise en compte de l’âge dans l’organisation informelle du travail,
    • Les régulations qui s’articulent autour des compétences spécifiques,
    • Les régulations fondées sur les métaconnaissances que l’on se construit sur soi et sur les autres
    • Les conditions pour que les collectifs fonctionne
    • Le travail collectif comme source de contraintes
    • Le travail collectif comme lieu de développement des compétences.

Dates :

Inscription :

  • Formation dans nos centres : 1008 euros par participants (remise de 10 % au-delà de 3 participants par entreprise).
  • Formation dans vos locaux (groupe de 12 participants maximum) : 4032 euros.

Pour vous inscrire, il vous suffit remplir la fiche de pré-inscription en cliquant sur la ville que vous souhaitez.

La recherche, le cœur de notre métier !
La recherche, le cœur de notre métier !
La recherche, le cœur de notre métier !

La recherche, le cœur de notre métier !

La recherche, le cœur de notre métier !

L’équipe de recherche du Groupe Instant contribue avec ses différentes productions intellectuelles à l’avancée de la science et sa mise en pratique dans l’environnement des entreprises. La Santé au travail : le bien-être au travail, les risques psychosociaux et l’orientation de la seconde partie de carrière, etc.

Le groupe Instant  organise chaque année le colloque du dialogue social et des journées de recherche avec ses partenaires étrangers européens.

Direction de recherche

Antonio Fernandes  – Directeur de recherche du corps professoral

 

Axes de recherche

Dans le cadre de ce thème, l’approche pluridisciplinaire déjà assumée dans le bilan est réaffirmée dans le projet pour instruire les questions relatives à la santé et la sécurité au travail. Trois objectifs de recherche qui sont ici envisagées. La thématique « santé » est redéployée dans deux directions : l’une sur les conceptualisations des risques psychosociaux (RPS), l’autre sur l’identification des déterminants environnementaux et organisationnels de la santé au travail. La dernière thématique traite des modalités d’intégration des variabilités humaines et situationnelles dans la conception de systèmes et organisations sûrs.

(a)    Conceptualisations des risques psychosociaux (RPS) ; développements théoriques et méthodologiques

La notion de RPS est largement diffusée dans le monde du travail en général, et les règlementations nationales et faisant obligation auprès des entreprises maintiennent un haut niveau d’intérêt et d’actualité à cette problématique complexe. Des événements parfois d’une extrême violence, nous rappellent par ailleurs qu’un travail de définition et modélisation des RPS reste encore à parfaire, ou faire, pour espérer proposer des modèles de compréhension des phénomènes et d’action de prévention efficients. Dans cet objectif, les recherches envisagées offrent une double complémentarité d’approches des RPS : de l’individu en passant par les collectifs de travail pour aller jusqu’aux dimensions organisationnelles d’une part ; de positionnements réactifs basés sur des études a posteriori, à des démarches de prévention proactives des risques, d’autre part.

 

(b)   Les dimensions environnementales et organisationnelles dans la construction de la santé au travail

Cette thématique vise à instruire la question des déterminants internes et externes de la santé au travail et de leur rôle dans la construction de celle-ci. Le concept de « santé » est ici pris dans une acception large qui relève tout autant de ce qui peut être qualifié de bien-être au travail que des maladies professionnelles ou restrictions médicales. L’intérêt porté à ces dimensions est sans cesse renouvelé par l’évolution des espaces, outils et organisations du travail qui viennent reconfigurer l’ensemble des déterminants et leurs combinaisons.

 

(c)   Contribution à la conception et l’organisation de systèmes sociotechniques résilients

Ce thème vise à produire des connaissances utiles à la conception de systèmes sociotechniques résilients. L’enjeu majeur est ici de savoir dans quelles circonstances et comment intégrer, dès la conception des systèmes et des organisations, un modèle de l’humain, de ses limites mais aussi de ses adaptions. L’objectif scientifique est de développer de nouveaux cadres théoriques prenant conjointement en considération, les variabilités humaines et situationnelles mais aussi les capacités d’adaptation des hommes et des systèmes.