Prestation de conseil en ressources humaines pour les TPE-PME

Vous êtes une entreprise de moins de 250 salariés et dans cette période de reprise ou de continuité de votre activité, vous souhaitez améliorer votre stratégie RH ? Adapter votre gestion des ressources humaines aux nouvelles conditions d’activité ?

Bénéficiez de la prestation de conseil en ressources humaines (PCRH) ! Très largement prise en charge par les fonds publics, la PCRH est la solution pour un accompagnement personnalisé et adapté sur les questions de gestion des ressources humaines.

Bénéficier de la PCRH pour :

  • Professionnaliser la fonction RH dans votre entreprise ;
  • Améliorer votre stratégie RH et le dialogue social dans votre entreprise ;
  • Réorganiser votre entreprise et notamment la gestion du temps de travail afin de mettre en place un accord de télétravail ;
  • Être outillé et informé afin d’enclencher un processus de recrutement ;
  • Intégrer de nouveaux salariés tout en favorisant la diversité et l’égalité professionnelle ;
  • Élaborer un plan de compétences pour vos salariés ;
  • Mettre en place un accord de gestion des emplois et des parcours professionnels dans le cadre du dispositif de transitions collectives ;
  • Obtenir des réponses concrètes et gérer au quotidien les questions en matière de RH que vous vous posez ou les demandes de vos salariés.

Par cet accompagnement vers une gestion RH maîtrisée, vous pourrez aussi agir :

  • sur le développement économique et la stratégie de votre entreprise ;
  • sur l’anticipation au changement induit par les transitions (passage des seuils sociaux, anticipation des départs en retraite, transmission des compétences) ;
  • sur le développement des compétences professionnelles de vos salariés ;
  • sur l’attractivité de votre entreprise.

Quelles sont les entreprises éligibles ?

Toute entreprise de moins de 250 salariés n’appartenant pas à un groupe de plus de 250 salariés, et en priorité aux PME de moins de 50 salariés et aux TPE de moins de 10 salariés non dotées d’un service ressources humaines (RH).

Quelle est la durée de l’accompagnement ?

L’accompagnement est modulable et s’adapte à vos besoins.

Vous pouvez bénéficier d’une prestation courte (de 1 à 10 jours d’intervention) ou longue (de 10 à 20 jours) sur une durée de 12 mois ne dépassant pas un maximum total de 30 jours d’intervention.

Quel est le montant de l’aide ?

L’aide de l’État est fixée à un montant maximum de 15 000 € HT de financement public par entreprise ou pour un collectif d’entreprises quel que soit le nombre d’entreprises concernées.

Si d’autres acteurs (OPCO par exemple) participent, le montant global de l’aide peut être supérieur. Le montant global des aides publiques est plafonné à 50 % du coût total de la prestation.

 

Construire une politique de bien-être au travail permet à la fois de réduire les risques psychosociaux et d’agir sur le climat collectif et sur la motivation dans le travail. Présentation de deux démarches bien-être adaptées en fonction de la taille d’entreprise.

La notion de bien-être au travail est un concept englobant, de portée plus large que les notions de santé physique et mentale. Elle fait référence à un sentiment général de satisfaction et d’épanouissement dans et par le travail qui dépasse l’absence d’atteinte à la santé. Le bien-être met l’accent sur la perception personnelle et collective des situations et des contraintes de la sphère professionnelle. Le sens de ces réalités a, pour chacun, des conséquences physiques, psychologiques, émotionnelles et psychosociales et se traduit par un certain niveau d’efficacité pour l’entreprise.

Une approche proactive de la santé au travail

L’approche bien-être au travail vise à développer dans l’entreprise une conception de l’efficacité et de la performance qui soit soucieuse de la santé des salariés et favorise leur motivation et leur implication dans le travail. La mise en œuvre d’une politique de bien-être peut ainsi contribuer à l’épanouissement professionnel des salariés mais aussi à l’amélioration de l’ambiance de travail au sein des équipes et au renforcement du climat de respect et d’écoute. Elle contribue aussi à prévenir les risques psychosociaux, en amont des manifestations aiguës de stress, de violence ou d’épuisement.

Le bien-être, ce n’est pas…

La notion de bien-être au travail est parfois mobilisée pour parler d’actions qui n’ont que peu d’impacts sur l’organisation concrète du travail dans les équipes. C’est le cas par exemple de la mise à disposition d’infrastructures sportives, de séances de massages ou de conseils diététiques. Les démarches proposées par le Groupe instant sont d’une toute autre nature : elles s’inscrivent dans les obligations légales de construire une démarche de prévention des risques psychosociaux. Ceci impose en particulier de développer une posture d’écoute des salariés sur les facteurs organisationnels reconnus comme ayant un impact en matière de RPS : la définition des tâches, le sens du travail, la répartition de la charge de travail, les relations entre les collègues et avec la hiérarchie…

Deux étapes à respecter pour l’approche bien-être au travail

La première étape consiste à recueillir les points de vue des salariés sur les situations de travail problématiques, sources de tensions. La seconde étape implique d’échanger sur ces situations avec l’ensemble des acteurs concernés – dont les décideurs – à l’occasion d’un débat orienté vers la recherche de solutions organisationnelles.

Pour aider à la mise en œuvre de cette approche dans l’entreprise, deux démarches sont proposées en  fonction de la taille de l’entreprise :

  • une démarche construite autour du questionnaire dénommé « SATIN » pour les moyennes et grandes entreprises.
    Basé sur une analyse exhaustive des facteurs de RPS mentionnés dans les publications scientifiques, le questionnaire SATIN permet de collecter des informations sur les éléments déterminants du bien-être au travail. À partir de là, des outils d’analyses également fournis permettent de générer de manière simple des graphiques de résultats qui serviront de base à des réunions d’échange visant à faire évoluer les conditions de travail pour un collectif, un site, une entreprise.
  • une démarche d’intervention bien-être pour les petites entreprises (< à 50 salariés).
    Cette démarche privilégie une action rapide axée sur la construction de solutions. Elle s’adresse à des intervenants (psychologue, ergonome, …) ayant des compétences dans la conduite d’entretiens individuels et de groupes, et dans l’animation de discussions collectives.

La première démarche qui s’appuie sur le questionnaire SATIN impose de donner des garanties sur l’anonymat, ce qui est difficile avec des effectifs faibles, c’est pourquoi elle est mieux adaptée à des entreprises de plus de 50 personnes.
Réciproquement, la deuxième démarche bien-être proposée est plus adaptée pour les entreprises de moins de 50 salariés, effectif au-delà duquel une approche qualitative est plus difficile à conduire.

L’approche bien-être au travail voudrait que la préservation de la motivation et de l’implication des salariés soit prise en compte au même titre que leur santé. Le respect de la singularité de chacun garantirait un travail plus créatif, innovant et consensuel, et favoriserait alors l’efficacité économique.  Ces démarches peuvent aider à résoudre des situations de blocage ou conduire à des améliorations concertées touchant à l’organisation. Le cadre non normatif retenu pour les supports au dialogue renforce chez les salariés les possibilités de développer des solutions novatrices et des manières d’agir collectivement, permettant de travailler dans un plus grand bien-être.

Nos consultants, sont à votre écoute, pour vous accompagner dans cette démarche. Celle-ci peut être portée par le CSE, dans le cadre d’une enquête confié à la CSSCT, ou par la direction des ressources humaines, dans la cadre de la prévention de la santé au travail.

Formation : initiation à la prévention des risques psychosociaux (RPS)

De plus en plus d’enquêtes et de travaux de recherche démontrent le lien entre bien-être au travail et performance organisationnelle.

Conduire une politique de qualité de vie au travail nécessite d’agir à différents niveaux et d’impliquer l’ensemble des acteurs pour trouver des solutions durables.

Cette formation est l’occasion de bien clarifier la notion de RPS, le cadre légal et les facteurs de risques psychosociaux. Elle permet également de repérer les leviers et outils qui permettent d’agir sur les causes et les pratiques pour renforcer le bien-être au travail, source d’attractivité et de motivation.

A qui s’adresse cette formation ?

Pour qui

  • DRH, RRH, Manager, Membre de la CSSCT ou du CSE, toute personne impliquée dans la santé au travail.

Prérequis

  • Aucun.

Le programme de la formation

1 – Les risques psychosociaux : de quoi parle-t-on ?

  • Souffrance, stress, harcèlement, burnout, violence, incivilité…
  • Mécanismes de construction.
  • Symptômes et signes.

2 – Le cadre juridique et les enjeux de prévention

3 – Les facteurs de risques psychosociaux

  • Facteurs sous la responsabilité de l’entreprise : politique RH, organisation, conditions de travail, culture d’entreprise.
  • Les sources de bien être au travail.

4 – Auditer le risque psychosocial de son entreprise

  • Établir un diagnostic partagé.
  • Identifier les forces et faiblesses.

5 – Les étapes d’une démarche de prévention

  • Les acteurs et le pilotage des RPS.
  • Les 4 niveaux d’actions de la prévention.
  • Bâtir un plan d’actions adapté.

6 – Élaborer les outils de mesure de la prévention des RPS

  • Communiquer sur les progrès.

7 – Le bien-être au travail : levier de motivation et de performance

Les objectifs de la formation

  • Décoder les mécanismes de souffrance au travail.
  • Identifier les atouts et faiblesses de son organisation.
  • Définir un plan d’actions.
  • Se doter d’outils de mesure de la prévention des RPS.

Evaluation

  • Évaluation des compétences acquises via un questionnaire en ligne intégrant des mises en situation.

 

Formation – Lire et analyser un bilan et un compte de résultat

Cette formation financière très concrète et ludique vous permettra d’acquérir grâce au jeu les clés de la lecture des documents comptables et du diagnostic financier.

A qui s’adresse cette formation ?

Pour qui

  • Elus du CSE, Manager, ingénieur, chef de projet, vendeur, acheteur, chargé(e) de clientèle.

Prérequis

  • Aucun.

Le programme de la formation

Lire les documents comptables

  • Résultat d’exploitation, financier, courant, exceptionnel.
  • Amortissements et provisions.
  • Immobilisations, stocks, créances client, trésorerie.
  • Capital, réserves, emprunts, fournisseurs, crédits CT.

Évaluer les équilibres financiers

  • Fonds de roulement – Besoin en fonds de roulement = Trésorerie.
  • Endettement MLT et net.
  • Diagnostic des crises de trésorerie.
  • Retraitement de l’affacturage.

Analyser la profitabilité

  • Interpréter l’évolution des ventes.
  • Signification des SIG : marge commerciale, marge brute, EBE.
  • Capacité d’autofinancement.
  • Variations de résultat : effet ciseau, absorption des charges fixes.

S’entraîner au diagnostic

  • Les étapes de l’analyse.
  • Endettement, trésorerie, rentabilité.
  • Détecter les signes de dégradation.
  • Questions pour évaluer le risque.

Les objectifs de la formation

  • Interpréter le bilan et le compte de résultat.
  • Réaliser un diagnostic financier, interpréter les principaux ratios.

Evaluation

  • Évaluation des compétences acquises via un questionnaire en ligne intégrant des mises en situation.

Les points forts de la formation

  • Chacun repart avec :
    • une grille d’analyse financière pour réaliser ses propres analyses ;
    • Diagnostics financiers, méthodologie d’analyse financière.

Formation – Référent santé-sécurité au travail

Améliorer la sécurité des salariés par la prévention et l’amélioration continue

Améliorer la santé et la sécurité de ses salariés, être dans une démarche de maîtrise des risques professionnels, de protection et de prévention, sont des préoccupations clés des entreprises au-delà des obligations réglementaires. Cette formation apporte des méthodes et des outils incontournables pour réussir ce défi aux managers ou aux personnes désignées pour gérer la santé et la sécurité au sein de l’entreprise de manière opérationnelle, sur le terrain.

A qui s’adresse cette formation ?

Pour qui

  • Responsable d’établissements, manager référent/animateur Santé-Sécurité, personne gérant protection/prévention des risques professionnels, connaissant les points clés de la réglementation Santé-Sécurité.

Prérequis

  • Aucun.

Le programme de la formation (durée 2 jours)

Les enjeux d’une démarche santé-sécurité

  • Principes, vocabulaire associé : danger, dommage, événement dangereux, risques.
  • Les indicateurs clés SST.

Construire et exploiter l’analyse de risques SST

  • Faire un bilan sécurité.
  • Le document unique pour évaluer les risques SST : le construire, le faire évoluer.
  • Exploiter son document unique :
    • agir sur la protection (réduction de la gravité) et la prévention (réduire la probabilité d’apparition des risques) ;
    • transmettre les consignes clés aux salariés.
  • Les situations non quotidiennes.
  • Prévoir et tester les situations d’urgence.

Exploiter chaque incident

  • Enregistrer accidents et presqu’accidents, faire le Pareto.
  • Analyser les accidents : trouver la cause racine (arbre des causes), mettre en place des actions correctives efficaces.

Impliquer l’encadrement

  • Développer une logique d’accompagnement. Réagir aux non-respects des consignes.

Mesurer les progrès obtenus

  • Communiquer à tous les niveaux, créer une dynamique sécurité dans son activité.

Les objectifs de la formation

  • Pratiquer les outils et méthodes incontournables pour mettre en place une démarche de prévention santé-sécurité dans une entité.

Evaluation

  • Évaluation des compétences acquises via un questionnaire en ligne intégrant des mises en situation.

Les points forts de la formation

  • Une trame sous format Excel pour vous aider à réaliser votre analyse de risques et formaliser votre plan d’action.
  • L’élaboration d’un plan d’action individuel construit tout au long de la formation.

SSCT pour membres du CSE – 5 jours

OBJECTIFS
S’APPROPRIER TOUS LES LEVIERS D’ACTIONS DU CSE EN MATIÈRE DE SANTÉ-SÉCURITÉ

Être capable d’exercer efficacement le rôle de membre du CSE en matière de prévention des risques, et pour cela :
Décrire les rôles, missions, droits et devoirs du CSE en matière de SSCT
Appliquer des méthodes et outils de la prévention des risques professionnels
Appréhender des thématiques d’actualité (RPS, facteur humain…)
Définir un mode de fonctionnement avec la présidence et les autres interlocuteurs du CSE

PUBLIC CONCERNÉ PRÉREQUIS
Membre du Comité Social et Économique (CSE) titulaire ou suppléant, membre de la Commission Santé Sécurité Conditions de Travail (CSSCT) du CSE

Une approche centrée sur un fonctionnement constructif de l’instance (approche factuelle, envie de progresser…) qui dépasse la simple lecture juridique des droits et devoirs de chacun
Une formation sans parti pris afin de créer du lien entre les différents acteurs de l’instance
Un apprentissage des méthodes et outils par des études de cas pratiques appuyé par plus de 40 ans d’expérience terrain en santé sécurité.

 

PROGRAMME
S’APPROPRIER TOUS LES LEVIERS D’ACTIONS DU CSE EN MATIÈRE DE SANTÉ-SÉCURITÉ SSCT pour membres du CSE – 5 jours

Le contexte et les enjeux de la Santé Sécurité au Travail
□ Définitions, statistiques et typologies des Accidents du Travail (AT) et des Maladies Professionnelles (MP), modèle de l’iceberg
□ Coût et financement des AT/MP
□ Synthèse des enjeux : sociétaux, économiques, juridiques…

Le cadre réglementaire de l’instance :

□ Missions SSCT et Environnement du CSE
▪ champ d’intervention
▪ analyse des risques, enquêtes, visites
▪ informations et consultations de l’instance, résolutions/décisions/avis
▪ spécificités des sites SEVESO

□ Fonctionnement SSCT du CSE
▪ composition, rôles des différents acteurs
▪ réunions ordinaires et extraordinaires, convocation, ordre du jour et procèsverbal
▪ règlement intérieur de l’instance

□ Moyens de l’instance
▪ heures de délégation, formation
▪ moyens matériels et juridiques, recours à expert
▪ droits d’alerte sanitaire et danger grave et imminent

□ Fonctionnement de la Commission SSCT avec le CSE et l’employeur La réglementation Santé-Sécurité
□ Hiérarchie des sources du droit et thèmes couverts
□ Principes Généraux de Prévention
□ Sources d’informations et techniques de recherche
□ Responsabilité juridique en matière de santé-sécurité : responsabilité civile et pénale (employeur, CSE…), cadre du délit d’entrave

Les méthodes et outils de la prévention
□ Analyse et évaluation des risques
□ Enquête et analyse d’accidents (méthode de l’Arbre des Causes)
□ Visites SSCT du CSE (dont pratique des entretiens, exploitation d’une visite…)
□ Plan de prévention dans le cadre d’interventions d’entreprises extérieures

La prévention des risques Santé
□ Prévention des risques psychosociaux dans l’établissement
□ Parallèle avec les Troubles Musculo Squelettiques (TMS)
□ Pénibilité : obligation réglementaire et démarche de prévention

L’analyse des prises de risque individuelles
□ Prise en compte des aspects comportementaux lors des visites
□ Leviers pour les faire progresser

L’efficacité du CSE en matière de SSCT
□ Approche risque → proposition → résolution
□ Etat d’esprit des membres : être critique, constructif, factuel, force de proposition…
□ S’approprier son règlement intérieur de l’instance
□ Plan d’actions SSCT

Formation – CSE, CSSCT : formation des membres en matière de santé, sécurité et conditions de travail

L’article L2315-18 du code du travail prévoit jusqu’au 1er avril 2022 que les membres du CSE ou de la CSSCT doivent bénéficier d’une formation de 3 jours minimum dans le cadre de l’exercice de leur fonction, en matière de santé sécurité et conditions de travail. Cette formation pratique et agréée par le ministère du travail vous apportera les outils nécessaires à la réalisation de vos missions.

A qui s’adresse cette formation ?

Pour qui

  • Cette formation s’adresse à tout membre du CSE amené à traiter des problématiques de sécurité et conditions de travail au sein des entreprises de plus de 11 salariés.
  • Membre de la commission santé et sécurité et conditions de travail (CSSCT).

Prérequis

  • Aucun.

Cerner les missions du CSE et de la CSSCT sur la santé, sécurité et conditions de travail.

  • Rôle du CSE en prévention des risques professionnels.
  • Rôles des membres de la CSSCT.
  • Information et consultation.
Mise en situationQuiz sur les règles d’information consultation du CSE.

S’approprier le fonctionnement et les moyens du CSE / de la CSSCT

  • Réunions obligatoires sur la santé et sécurité au travail et articulation avec la CSSCT.
  • Moyens mis à disposition.
  • Droits d’alerte et recours à l’expertise.
  • Protection des élus.
Mise en situationCas pratique sur l’utilisation des moyens et le droit d’alerte.

Identifier les obligations et les responsabilités

  • Prévention et responsabilités des différents acteurs.
  • Se répérer dans les textes.
Mise en situationQuiz sur les obligations en matière de santé et de sécurité en entreprise.

Collaborer avec les acteurs de la santé au travail

  • Inspecteur du travail, services de santé au travail, CRAMIF / CARSAT, ANACT, INRS…
Mise en situationEn sous-groupe : identifier les moyens de communiquer les actions du CSE.

Identifier les risques et améliorer les conditions de travail

  • Aménagements, personne accidentée ou en situation de handicap. TMS, RPS…
  • Moyens et actions de prévention : grilles d’inspection, enquêtes…
Mise en situationMise en situation : construire une grille d’inspection.

Les objectifs de la formation

  • Maîtriser les rôles et attributions du CSE et / ou de la CSSCT.
  • S’approprier les méthodes et outils pour prévenir les risques professionnels et améliorer les conditions de travail.
  • Devenir un acteur incontournable de la prévention.

Evaluation

  • Évaluation des compétences acquises via un questionnaire en ligne intégrant des mises en situation.

Les points forts de la formation

  • Des parcours axés sur la transposition en situation de travail, alliant le meilleur de la formation en groupe à des activités à distance individuelles et personnalisables, pour plus d’efficacité.
  • Une vidéo pour approfondir le thème de la prévention des Risques PsychoSociaux.

Durée

3 jours (21heures)

Formation relations sociales : Construisez votre réussite

La qualité des relations sociales est un enjeu essentiel au sein d’une entreprise et dans la société en général. Face aux évolutions professionnelles, aux réformes et aux différents débats auxquels nous sommes régulièrement confrontés, il est important de pouvoir dialoguer sereinement et d’adapter notre discours aux personnes qui nous font face. Le Groupe Instant a ainsi mis en place des formations relations sociales destinées aux professionnels qui prennent souvent la parole, et sont amenés à gérer des négociations ou établir un dialogue social en entreprise.

Au service de toutes les réussites, le Groupe instant met ainsi en œuvre les pédagogies adaptées, personnalisées et respectueuses de l’apprenant quels que soient son parcours.

J’ai le plaisir de vous présenter notre offre de formation. Les conseillers de notre centre de relation client sont également à votre écoute pour vous guider et vous accompagner dans votre recherche.

Accessibilité, réussite et utilité sociale illustrent parfaitement les valeurs portées par le Groupe Instant depuis sa création.

Nos équipes espèrent que vous rejoindrez prochainement, vous aussi, la très grande famille des (Praticien des relations sociales).

Notre méthode

Où je veux

Je peux travailler chez moi, à mon poste de travail, je ne suis plus obligé de me déplacer ou de prendre un logement à proximité de mon lieu de formation.

Quand je veux

J’organise mon emploi du temps en fonction de mes activités personnelles et professionnelles. Je ne dépends plus d’horaires fixés à l’avance et difficilement conciliables avec mes contraintes.

Comme je veux

Je me forme à mon rythme en présentiel, distanciel, les deux,

Votre choix

CSE, CSSCT : formation des membres en matière de santé, sécurité et conditions de travail

SSCT pour membres du CSE (5 jours)

Formation – Référent santé-sécurité au travail

Formation : Lire et analyser un bilan et un compte de résultat.

Formation – Mieux négocier avec vos partenaires sociaux

Les réformes successives de la représentativité et du dialogue social ont fait une large place à la négociation dans l’entreprise. Praticiens des négociations sociales, vous savez que les méthodes et tactiques sont utiles. Mais vous savez également qu’elles ne suffisent pas toujours à éviter les conflits, surtout dans un contexte économique tendu (accord de maintien dans l’emploi, négociation d’un PSE, …). Quel que soit votre niveau de préparation, il reste que la divergence des intérêts peut susciter la méfiance, alourdir le climat et bloquer le processus de négociation. Nous vous proposons une autre manière de concevoir les rapports sociaux. Cette formation, résolument innovante, utilise la méthode de négociation centrée sur les intérêts, alliée à la connaissance des mécanismes relationnels. Elle permet d’actionner durablement les leviers de la confiance.

La théorie économique classique associe la performance de l’entreprise à l’optimisation des facteurs de production que sont le capital et le travail. Une approche plus récente aborde la question de la maîtrise des risques : comment, dans cette perspective, réduire le risque social qui pèse sur l’entreprise ? Celui-ci consiste, soit en l’apparition de tensions sociales susceptibles de déboucher sur des mouvements de grève, soit, de façon moins visible mais autrement coûteuse, sous la forme d’une tendance au désengagement des salariés. Afin de faire face à ce risque, les entreprises doivent s’efforcer de répondre aux attentes des membres de leur personnel. Celles-ci, toutefois, sont devenues complexes. Il ne s’agit plus seulement de rémunération ou de durée du travail, mais également de conditions de travail, de sécurité de l’emploi ou encore, de possibilités d’évolution professionnelle. Reste à savoir ce que souhaitent réellement les gens et quelles sont leurs priorités. A moins de prétendre imposer ses propres choix, l’employeur n’a d’autre choix que de se mettre à leur écoute. Telle est la justification du dialogue social : essayer de se mettre d’accord avec les salariés, par le canal de leurs représentants, sur les priorités susceptibles de répondre à leurs attentes de façon à réduire les risques de tensions et à susciter leur engagement. C’est de ce point de vue qu’il est permis de considérer le dialogue social comme le fondement d’une performance globale et durable. Comme l’affirme le slogan d’une grande entreprise américaine : « la réussite durable est une réussite partagée » ; encore convient-il de se mettre d’accord sur les termes de ce partage.

A qui s’adresse cette formation ?

Pour qui

  • Elus CSE, CSSCT, Délégué syndicaux, RS, Responsable des relations sociales, DRH, Chef d’entreprise, Directeur d’établissement, Responsable de site.
  • Cette formation nécessite une implication personnelle forte.

Prérequis

  • Aucun.

Le programme de la formation

Éviter les risques majeurs en négociation sociale

  • Identifier les situations de blocage.
  • Gérer la méfiance entre les acteurs.
  • Sortir des impasses et des situations d’affrontement.
  • Mettre en œuvre les leviers de la confiance.

 Conduire les négociations et les conflits de manière concertée avec la méthode des intérêts

  • Bâtir le processus de négociation avec vos partenaires.
  • Identifier et formaliser le problème à résoudre.
  • Clarifier les intérêts mutuels.
  • Créer des options et un plan de secours.
  • Évaluer les scénarii et opter pour des solutions satisfaisantes pour les deux parties.
  • Conclure l’accord.

Mettre en pratique ses compétences de négociateur

  • S’entraîner en simulation sur des cas de plus en plus difficiles et complexes.
  • Construire des relations confiantes pour négocier.
  • Mettre en œuvre vos acquis.

Se repérer dans les règles applicables en droit du travail

  • Structure du droit du travail.
  • Articulation entre convention collective et code du travail.
  • Trouver l’information utile.
  • Utiliser le règlement intérieur.

Formation – Prévenir et faire face aux agissements sexistes et au harcèlement sexuel au travail

Longtemps un tabou, le harcèlement sexuel fait la une de l’actualité sociale. Les victimes abusées osent se manifester et dénoncer des pratiques illégales aux conséquences désastreuses sur leur dignité et leur intégrité.

En tant qu’acteur RH, manager, représentant du personnel, référent sexisme et harcèlement sexuel et médecin du travail, vous avez l’obligation de protéger les victimes et de mettre en place les mesures de prévention.

Cette formation vous fournit les clés pour lutter contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes en entreprise.

A qui s’adresse cette formation ?

Pour qui

  • DRH, RRH, Manager, Membre du CSE, de la CSSCT, Médecin du travail, Référent sexisme et harcèlement sexuel.

Prérequis

  • Aucun.

1 – Caractériser et définir le sexisme et le harcèlement sexuel

  • Définir le sexisme ordinaire et le harcèlement sexuel.
  • S’approprier le cadre juridique.
  • Différencier séduction, agissement sexiste, harcèlement sexuel et agression sexuelle.
  • Repérer les comportements à risque : du manager, du collaborateur, les différences culturelles.
  • Conséquences psychosomatiques du harcèlement sexuel au travail : physique, psychique, troubles du comportement.

2 – Prévenir le harcèlement sexuel

  • Les mesures réglementaires : convention collective, règlement intérieur, rôles de l’employeur et du référent.
  • Les outils de communication : valeurs, charte du comportement, code de bonne conduite, procédure de plainte et rôle du management.
  • Les mesures organisationnelles : aménagement des locaux, changement des équipes, déplacements professionnels.
  • Les mesures individuelles, les comportements adéquats : tenue vestimentaire, propos et gestes, représentation extérieure.

3 – Réagir à un cas de harcèlement sexuel

  • Écouter avec bienveillance et neutralité.
  • Recueillir les faits, les preuves et des témoignages écrits.
  • Comportements à adopter et erreurs à éviter.
  • Éviter une action Prud’homale.
  • Mesures disciplinaires.

4 – Les recours possibles et les sanctions encourues

  • Les recours : médecin du travail, représentants du personnel, organisations syndicales et inspections du travail.
  • Les sanctions et actions disciplinaires : mutation, suspension temporaire, licenciement.
  • Les pénalités.

Les objectifs de la formation

  • Identifier le cadre et les risques juridiques.
  • Définir et caractériser le harcèlement sexuel.
  • Mettre en œuvre les dispositifs et outils de prévention.
  • Savoir réagir en cas de harcèlement sexuel.

Evaluation

  • Évaluation des compétences acquises via un questionnaire en ligne intégrant des mises en situation.

Les points forts de la formation

  • Des vidéos pour illustrer des cas de harcèlement sexuel, un quiz interactif.
  • Outils et méthodes pour prévenir et faire face.
  • Des exemples concrets pour caractériser le comportement.
  • Les documents pour saisir le référent QRH
  • Proposition de mise à jour du RI de l’entreprise